Partagez | 

 i thought we were lovers - Zakary

avatar


icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017


icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017
  (#) Sujet: i thought we were lovers - Zakary   Dim 5 Nov - 13:17

zakary
crawford
zach ı 27 ans ı américain ı homme

métier
patron d'un bar avec son associé.
orientation sexuelle
bisexuel, mais il garde son attirance envers les hommes secrète.
orientation romantique
biromantique.
groupe
civil.
caractère


Zakary, tu es quelqu'un dont on oublie facilement la présence. Tu ne t'imposes pas, tu n'essaies pas d'attirer l'attention, tu restes silencieux tant qu'on ne t'adresse pas la parole. Tu t'effaces, tu fais comme si tu n'étais pas là. Et ça te convient ; tu as l'habitude qu'on t'ignore, qu'on ne fasse pas attention à toi, qu'on t'oublie. Tu n'es pas très sociable, pas du tout même, alors ça t'arrange qu'on ne vienne pas vers toi. Tu réfléchis trop Zakary, dès que quelqu'un vient te parler, tu te demandes si ce n'est pas pour se moquer de toi après (car tu as toujours un peu de mal à choisir correctement tes mots, à réussir à sortir une phrase cohérente, et ton léger accent n'arrange rien). Dès que quelqu'un semble en colère ou triste, tu te demandes si c'est de ta faute, si cette personne est en colère contre toi. Tu te demandes ce que tu as fait de mal. Tu sais que ce n'est peut-être pas ta faute, mais tu ne peux t'en empêcher – tu as parfois l'impression que tu es responsable de tous les malheurs du monde.

Dès que tu trouves quelqu'un qui t'apprécie, quelqu'un avec qui tu peux parler autant que tu veux, tu deviens assez collant. Trop collant même, il t'arrive d'en énerver plus d'un. Tu envoies pleins de messages, des images que tu trouves drôles, tu invites à passer la journée ensemble… Est-ce qu'on peut vraiment qualifier ça de « collant » ? Tu apprécies juste passer du temps avec les personnes que tu aimes, tu ne cherches pas à les agacer… Parfois, tu t'en veux d'être comme ça – tu essaies de changer, d'envoyer moins de messages, de parler un peu moins. Mais tu n'y peux rien ; tu es comme ça et c'est tout, ce serait idiot de changer – et les personnes que tu agaces n'ont rien à faire dans ton cercle d'amis, s'ils te détestent tant que ça. Tu essaies de ne pas y penser. Sauf que tu as peur de te retrouver seul, alors tu restes avec eux et tant pis si ça te blesse un peu à chaque fois. (Mais tu n'as rien à faire avec des gens qui te rendent triste pour ce que tu es, Zakary, il faut que tu le comprennes.)

« Ah, j'aimerais être comme eux », c'est une phrase qui revient beaucoup chez toi. Tu la penses, tu la dis, tu l'écris. Lorsque tu vois une idol à la télévision (ah, tu n'es pas vraiment intéressé mais tu aimerais être aussi souriant et détendu face aux caméras et à la foule), lorsque tu vois des gens plus jeunes que toi (ou même de ton âge) réussir à parler à des inconnus sans souci, sans réfléchir. Tu aimerais être aussi insouciant qu'eux. Tu voudrais être quelqu'un d'extraverti, mais tu n'y arrives pas – tu n'es pas capable de passer énormément de temps avec d'autres personnes que tu connais à peine. Ça te fatigue, ça te stresse, ça te donne mal à la tête à force de trop réfléchir. Ah, tant pis…

Tu es du genre à agir, et à regretter après. Tu regrettes beaucoup de choses ; ce que tu as dit, ce que tu as fais, ce que tu as répondu et ce que tu n'as pas répondu, et ainsi de suite… Oh, il y a des choses que tu ne devrais pas regretter ; certaines paroles qui t'ont valu la perte d'un ami toxique, ou d'autre qui se sont faites ignorer sans que tu n'y puisses rien y faire. Tu ne devrais pas t'en vouloir autant, ce n'est pas bon pour toi – mais c'est comme lorsque tu rejettes la faute sur toi ; tu ne peux pas t'en empêcher. C'est idiot. Les seules choses que tu ne regrettes pas, ce sont tous ses projets qui t'ont traversé l'esprit un jour ou l'autre – tu es très ambitieux, et tu ne lâches pas l'affaire sans avoir une très bonne raison de le faire. Même si la plupart de tes projets n'ont jamais abouti à quelque chose de concret…

Mais tu essaies de ne pas y penser ; de vivre sans réfléchir encore et encore à tes actions, passées, présentes et futures. Tu passes ton temps à essayer de te sociabiliser en parlant à tes amis, à essayer de t'en faire des nouveaux sur les quelques forums que tu fréquentes. Ou bien tu restes enfermé dans ta chambre, à regarder la télévision ou des vidéos stupides sur ton ordinateur. Parfois, tu sors avec tes amis ; tu les accompagnes où ils veulent, tu les regardes parler entre eux. Certains sont mariés et ont des enfants, d'autres courent encore après les filles. Souriants. Insouciants.

Tu soupires.

« Ah, j'aimerais être comme eux… »


histoire


« Zakary, le mois prochain, nous déménagerons en Corée du Sud. »

Tu regardes ta mère avec de grands yeux ronds. Quoi ? C'est dans longtemps le mois prochain ! Et puis, ça veut dire quoi « déménager » ? Et c'est quoi la Corée du Sud ? Du haut de tes six ans, tu ne comprends pas vraiment ce que ta mère veut dire, ni pourquoi ton père – qui ne ressemble pas tant que ça à tous les autres pères de tes amis – semble si heureux. Ses origines américaines et sud-coréennes sont un peu visibles sur son visage ; mais tu ne t'en étais jamais rendu compte, tu ne connaissais même pas l'existence de la Corée du Sud. Tes parents ont dû te l'expliquer, que c'est un petit pays, bien plus petit que les États-Unis dans lesquels tu habites, et que vous alliez tous les trois habiter là-bas le mois prochain, juste au début des vacances d'été. Et là, tu te mets en colère, tu piques ta crise, tu tapes du pied – tu ne veux pas partir d'ici. Tu t'y sens bien avec tous tes amis de l'école, avec les hauts gratte-ciels de la capitale, avec les grands parcs où tu t'amuses toujours à courir après les pigeons, avec les restaurants et les fast-foods où tu manges jusqu'à en avoir mal au ventre… Et même si tes parents te disent que ce n'est pas si différent en Corée du Sud, tu n'as pas envie d'y aller et d'apprendre une autre langue, devoir te faire des nouveaux amis, devoir t'adapter à une autre culture. Tu boudes tes parents un long moment, car ils ne t'ont pas demandé ton avis, ils n'ont pas vraiment pensé à toi dans tout ça. Mais tant pis.

(Tu ne sauras que bien plus tard que si vous aviez déménagé, c'est parce que ton grand-père paternel était souffrant, et que ton père avait préféré retourner en Corée du Sud – à où il avait déménagé lorsqu'il était plus jeune, et s'y était définitivement installé après avoir rencontré sa future femme – pour être plus proche de lui. Tu t'en veux un peu maintenant, d'avoir piqué une telle crise à l'époque.)

Tu avais passé toutes tes vacances d'été enfermé chez toi, à apprendre le coréen avec l'aide de ton père, à t'habituer à cette culture si différente de la culture américaine, d'essayer de t'intégrer un peu. Tu as du mal à l'école, tu ne maîtrises pas encore parfaitement le coréen et tu n'oses pas aller te sociabiliser – en fait, ce sont tes camarades de classe qui viennent vers toi et qui te harcèle de questions (sur comment sont les États-Unis, si tous les préjugés qu'ils ont sur eux sont vrais, et ainsi de suite). Tu n'es pas habitué à ce qu'on te parle autant, malgré les quelques amis que tu avais avant de déménager, et ça te met un peu trop mal à l'aise. Tu réponds le plus vite possible aux questions, et ils te laissent tranquille ensuite. Tu ne te trouves pas aussi intéressant qu'eux, et ils parlent trop vite pour que tu puisses tout comprendre correctement – ça te gêne. (Tu ne veux plus leur adresser la parole…)

Tu es resté seul pendant un petit moment – tu préfères attendre de bien maîtriser la langue pour essayer de te faire des amis. Tu te sens un peu mis de côté, mais tu t'en fiches en fait – c'est mieux que d'être harcelé de questions toutes les deux minutes (ah, tu ne leur en veux pas, si un nouveau était arrivé dans ta classe, tu aurais fait la même chose…). C'est seulement au bout de deux petites années que tu as enfin décidé que tu maîtrisais assez bien le coréen pour te sociabiliser un peu, te retrouver autant d'amis qu'avant de déménager, mais… Tu n'y arrives pas. Tu réfléchis trop, tu as peur qu'ils ne t'apprécient pas, qu'ils te trouvent idiot, qu'ils se moquent de ton léger accent. Alors, tu n'oses pas – tu restes dans ton coin et ce n'est pas très grave (tu as l'habitude d'être mis de côté, maintenant). Une fois rentré à la maison, tu mens à tes parents ; tu leur dis toujours que tu as réussi à te faire pleins d'amis… Tu te réfugies dans les émissions de télévision et les livres – tu n'as pas besoin d'amis de toute façon.

Et puis, il y a ce garçon qui vient te sortir de ta solitude. Au début, tu avais du mal à retenir son prénom, puis à force de le voir écrit sur ses cahiers et d'entendre le professeur l'appeler, tu as fini par t'en souvenir. Jun-Hyo. Il est gentil avec toi – il ne te harcèle pas de questions comme tous les autres et s'en fiche de ta timidité ; et rapidement, vous devenez inséparables. Lorsque tu es avec lui, tu te sens bien, tu n'as pas l'impression qu'il va te juger d'un moment à l'autre. Il te fait oublier ta timidité – grâce à lui, tu as su te faire pleins d'autres amis. Tu lui parles toujours des projets que tu as en tête, de certains qui semblent irréalisables et d'autres que tu gardes pour quand tu seras bien plus grand. Et il t'écoute. Et tu souris. (Tu es heureux.)

Un jour, tu lui parles de ce projet que tu as depuis longtemps en tête (oh, vous aviez bien grandi, vous n'étiez plus des petits enfants, et tu es plus que sérieux en lui parlant de ce projet). Tu veux ouvrir un bar avec lui, où des artistes indépendants pourraient venir jouer quand ils veulent, sans avoir besoin d'une grande renommée ou de devoir passer devant les caméras de télévision. Tu veux leur donner une chance de se faire connaître un peu, ou de ne pas connaître le stress des grandes foules et des télévisions… Jun n'a pas accepté tout de suite – ah, tu ne lui en veux pas, tu ne l'obliges à rien ; mais tu veux lui et personne d'autre pour monter ce bar, alors s'il ne veut pas, tu le feras seul…

Tu te débrouilles – tu finis tes études et tu cherches après toutes les autorisations dont tu as besoin pour pouvoir ouvrir ce bar, tu vas de petit boulot en petit boulot pour économiser un maximum d'argent, tu commences déjà à contacter des entreprises pour le construire. Tu ne perds pas le Nord ; c'est le projet le plus sérieux que tu as jamais eu et tu ne comptes pas le laisser tomber comme ça.

Jun revient vers toi. Tu le sens triste, énervé ; tu sais pourquoi, il te l'a avoué. Tu fais tout pour le consoler, pour l'aider à aller mieux (et tu as parfois l'impression qu'il est en colère contre toi aussi…). Tu ne le laisses pas tomber, jamais tu pourrais, et tu lui dis, tu lui répètes jusqu'à ce que tu sois sûr qu'il te croit. Il te rejoint dans ton projet (et tu en es plus que ravi) et tu peux enfin entamer la construction du bar avec son aide. C'est long, mais tu ne désespères pas, et au bout d'une année, il peut enfin être ouvert. Tu en es fier, oh si fier, et tu t'imagines déjà passer tes journées entières dedans. Tu regardes Jun, tu lui dis à quel point ce projet te tenait à cœur et que tu es rassuré qu'il t'ait suivi. Et il t'écoute. Et tu souris. (Tu es heureux.)


mob psycho 100 – arataka reigen
kalean
Revenir en haut Aller en bas
avatar


icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017


icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017
inconnu

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017
  (#) Sujet: Re: i thought we were lovers - Zakary   Dim 5 Nov - 19:29
Bienvenue et coucou @Zakary Crawford \ô/
Après lecture de ta fiche, je trouve Zach très touchant (c'est renforcé par la partie sur son enfance) et j'ai hâte de voir les interactions avec Jun <3 !

J'ai juste une question avant de pouvoir te valider : Comme Crawford n'est pas un nom asiatique, du coup est-ce que son père est métisse ? Fait partie de la génération de Sud-Coréens qui ont été adoptés par des étrangers ?
Une petite précision et ce sera nickel.

Bon courage et si tu as des questions, n'hésite pas !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017


icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017
  (#) Sujet: Re: i thought we were lovers - Zakary   Dim 5 Nov - 19:46
Bonjour ! Alors oui, j'ai oublié de le préciser, mais le père de Zakary est bel et bien métisse ! Son père est un américain qui s'est installé en Corée du Sud, et a épousé une sud-coréenne. Dois-je le rajouter dans ma fiche ?
Revenir en haut Aller en bas
avatar


icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017


icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017
inconnu

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017
  (#) Sujet: Re: i thought we were lovers - Zakary   Dim 5 Nov - 20:10
Ce serait top si tu pouvais le rajouter, s'il te plaît !
Ensuite je te mets dans ton groupe c:.
Revenir en haut Aller en bas
avatar


icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017


icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017

icon 100x100 : icon
Points : 4
Messages : 6
pseudonyme/nom d'artiste :
Date d'inscription : 25/10/2017
  (#) Sujet: Re: i thought we were lovers - Zakary   Dim 5 Nov - 21:01
Voilà, j'ai modifié ceci :
Citation :
Ses origines américaines et sud-coréennes sont un peu visibles sur son visage
et ça :
Citation :
(Tu ne sauras que bien plus tard que si vous aviez déménagé, c'est parce que ton grand-père paternel était souffrant, et que ton père avait préféré retourner en Corée du Sud – là où il avait déménagé lorsqu'il était plus jeune, et s'y était définitivement installé après avoir rencontré sa future femme – pour être plus proche de lui. Tu t'en veux un peu maintenant, d'avoir piqué une telle crise à l'époque.)
J'espère que ça ira !
Revenir en haut Aller en bas
avatar


icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017


icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017
inconnu

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017

icon 100x100 : icon
Points : 0
Messages : 73
pseudonyme/nom d'artiste : compte fondateur
Date d'inscription : 08/08/2017
  (#) Sujet: Re: i thought we were lovers - Zakary   Dim 5 Nov - 21:05
Yeah, te voilà validé(e) !


C'est parfait c: ! Je te valide sans plus attendre !

Maintenant que tu es validé, tu peux aller faire recenser ton avatar ainsi que ton métier. Pour en dire davantage sur toi, tu peux ouvrir une fiche de liens et si tu as un compte Discord, n'hésite pas à nous rejoindre sur le serveur c:.

En espérant que tu t'amuses bien parmi nous \ô/ !

Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
  (#) Sujet: Re: i thought we were lovers - Zakary   
Revenir en haut Aller en bas
 Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» no, i don't like you, i just thought you were cool enough to kick it ✝ la pyro
» 03. I thought i lost you...
» Ω I thought I saw the devil, this morning looking in the mirror,
» I thought that you would always have been for me.
» Jessica Randfield - The world is a thought that does not think

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rise or fall :: atelier des personnages :: présentations :: civils-
Sauter vers: